Le Blog

Les Calanques : une visite guidée du dixième parc national français
11 Mai 2012

Catégories : France, Inside

Bienvenue aux Calanques, 10ème parc national français

Le 18 avril dernier, le parc des Calanques de Marseille est officiellement devenu le 10ème parc national français. C’est le petit dernier d’une longue liste de parcs nationaux français, aux côtés des Cévennes, des Écrins, de la Guyane, de la Réunion, du Mercantour, de Port-Cros, des Pyrénées et de la Vanoise. Il aura tout de même fallu 12 ans au GPI (Groupement d’Intérêt Public) des Calanques pour obtenir ce titre et faire appliquer la réglementation nécessaire pour préserver ces espaces naturels d’exception ! Les conflits d’intérêts entre activités commerciales existantes et la réglementation stricte des parcs nationaux ont ralenti cette labellisation. Un bel effort de la part du gouvernement et du ministère de l’écologie et du développement durable, qui n’avaient pas labellisé de nouveau parc national en métropole depuis 1979… Voilà une initiative qui n’est peut-être pas étrangère à l’évènement Marseille Provence 2013 qui érigera la ville de Marseille au rang de capitale culturelle en Europe l’année prochaine. Visite guidée de ce 10ème parc national français.

Le parc des Calanques en chiffres

150 000 hectares : c’est la superficie totale du parc national des Calanques, qui comprend 51 800 hectares de parc sur terre et 43 500 hectares en mer. Avec ses centaines d’hectares de végétation et ses nombreuses calanques, il est aussi à la fois un parc marin et un parc continental. L’autre grande spécificité de ce premier parc périurbain en Europe, c’est d’être situé aux portes de plusieurs villes, une situation inédite jusqu’alors pour un parc naturel normalement isolé des zones urbaines… Les villes de Cassis, La Ciotat et Marseille se partageront donc le parc national des Calanques. Il comprend une trentaine de sites entre Marseille et Cassis et notamment des sites de randonnée très populaires, comme les calanques de Sormiou, Port-Pin, En-Vau, Morgiou ou de Port-Miou. D’après le GPI des Calanques, le parc abrite 31 écosystèmes remarquables et 140 espèces protégées sur terre. En mer, le parc des Calanques accueille 14 écosystèmes remarquables et des espèces protégées comme les dauphins ou les tortues marines.

Protéger un site naturel d’exception

Auparavant classé site Natura 2000 depuis 2003, le parc national des Calanques se composera d’un coeur de parc terrestre sur les zones classées des communes de Marseille, La Ciotat et de Cassis, sur lequel s’appliquera la stricte réglementation des parcs nationaux, comme l’interdiction de nouvelles constructions par exemple. Ce coeur terrestre s’étendra sur 8 500 hectares contre 43 500 hectares pour le coeur marin. Autour de ces zones se trouvera une « zone optimale d’adhésion », à laquelle ont adhéré les communes de Carnoux, Cassis, Ceyreste, La Ciotat, Marseille, La Penne-sur-Huveaune et Roquefort-la-Bédoule. Également soumise à une réglementation propre aux parcs naturels, la zone optimale d’adhésion se doit de soumettre toute nouvelle demande de construction au parc. Ces mesures strictes ont pour objectif de donner un pouvoir réglementaire au parc des Calanques, afin de gérer des aires maritimes et terrestres protégées et d’encourager les projets de développement durable.

Nouveau pôle d’attractivité touristique ?

Les Calanques de Marseille séduisent depuis des années de nombreux visiteurs et randonneurs, pressés de découvrir la vue vertigineuse du haut des falaises et les eaux turquoise de la trentaine de calanques réparties entre Marseille et Cassis. Et cette fréquentation touristique n’est pas prête de diminuer, malgré les préoccupations environnementales liées à la réglementation du parc national. Car, le parc national des Calanques a aussi l’intention de profiter de la notoriété de ce label international pour encourager le tourisme sur le site. L’objectif est d’attirer chaque année deux millions de visiteurs à terre et en mer. Concilier développement touristique et préservation des sites naturels et culturels (avec la grotte de Cosquer et ses peintures rupestres), tel est l’enjeu crucial de cette labellisation nationale qui – on l’espère – profitera aussi à l’ensemble de la région !

Pas de commentaire Leave a comment