Le Blog

La Courrouze : les ambitions d’un écoquartier rennais
05 Jan 2012

Catégories : France, Inside

La recette magique de l’écoquartier à Rennes

Prenez environ 120 hectares de friches industrielles et d’anciens camps d’entraînement militaires. Mettez-y une gare, une station de métro ainsi que quelques parcs et de vastes terrains vague à l’abandon. N’oubliez pas d’y rajouter une bonne dose de mixité sociale, d’énergies renouvelables, de gestion des déchets durable et une bonne diversification des modes de transport. C’est prêt… ou presque, car il faudra encore attendre 2020 pour admirer l’ensemble du projet ! En attendant, l’agglomération de Rennes a ajouté un ingrédient magique : la 3D et la réalité augmentée. De quoi faire patienter ses habitants et dévoiler peu à peu le visage du futur écoquartier…

Vivre en ville, habiter dans un parc

« Vivre en ville, habiter dans un parc », tel est le leitmotiv des urbanistes de la Courrouze. Il faut dire que la ZAC de la Courrouze compte près de 40 hectares de parcs et d’espaces verts. Pas étonnant qu’elle ait reçu le prix Nature en ville du palmarès EcoQuartier 2011 ! Qualité du cadre de vie, développement durable et nature, telles sont les priorités de la Courrouze auxquelles s’ajoute un objectif clair : donner à l’agglomération de Rennes une dimension plus verte. Mais la Courrouze n’a pas seulement des ambitions « vertes ». Elle prévoit aussi la création de 3 000 emplois autour de ce quartier de 10 000 habitants pour 4 700 logements. Un vrai enjeu économique pour l’agglomération de Rennes qui espère ainsi devenir le « laboratoire de l’aménagement durable rennais » et un exemple précurseur d’écoquartier et de ville intelligente en France.

La réalité augmentée au service de la médiation

En attendant son inauguration lointaine, la métropole de Rennes a souhaité montrer un peu plus que les chantiers qui envahissent la ZAC. Depuis 2010, elle a ainsi mis à disposition des visiteurs des tablettes à réalité augmentée et des applications mobiles. 8 promenades urbaines augmentées sont ainsi organisées sur le territoire de la métropole, en partenariat avec l’office de tourisme. L’objectif de la réalité augmentée appliqué à l’urbanisme ? Motiver les acheteurs à investir, représenter le futur paysage urbain au grand public et replacer des éléments plus anciens dans l’architecture du quartier actuelle. Et pour ceux qui ne peuvent pas se rendre sur place, une maquette 3D permet de faire une promenade virtuelle dans le quartier en vue aérienne ou entre les immeubles.

Mais depuis 2010, d’autres solutions et services ont vu le jour. Nous avons interrogé Norbert Friant de Rennes Métropole au sujet de ces nouveaux outils au service de la médiation. Fin 2010, la métropole de Rennes avec l’association BUG lance Wiki-Rennes, son « wiki de territoire » basé à la fois sur les archives (ville, département) et le contenu ajouté par ses habitants. L’idée est de créer une encyclopédie alimentée par les habitants. On y retrouve par exemple des photos très anciennes de la ville de Rennes incitant les utilisateurs à comparer la Rennes d’autrefois avec la ville telle qu’elle est aujourd’hui. Une véritable machine à explorer le temps !

Le détournement de la Kinect

Une autre réalisation : l’utilisation ou plutôt le détournement de la Kinect. Cette fois, on place les habitants dans une zone précise et on leur projette une vision de la ville en 3D, dans laquelle ils peuvent se déplacer, rajouter des dimensions supplémentaires comme le facteur temps et constater son évolution au fil des années. Des perspectives sont encore à explorer comme le concept de la ville sans limite où l’on pourrait décider de transformer  ou de végétaliser un immeuble grâce à la 3D et au numérique. Face à ces différentes technologies, Norbert Friant est convaincu que faire partager l’imaginaire favorise la création du lien. L’urbanisme n’est plus réservé à quelques têtes pensantes qui imaginent le territoire. Les technologies telles que la 3D ou la réalité augmentée permettent de faire parler tous les acteurs et d’impliquer les habitants. Une « interface naturelle » comme celle de la Kinect par exemple favorise la participation accrue du grand public.

Réalité augmentée, applications mobiles, 3D et Kinect : la métropole de Rennes s’est appropriée chaque nouvelle technologie pour faire de l’écoquartier de la Courrouze un projet en évolution permanente avec comme objectifs la méditation et l’implication de ses habitants.

Commentaires Leave a comment

La Courrouze : les ambitions d’un écoquartier rennais | Le blog de communes.com | Actus des communes de France | Scoop.it
5 janvier 2012 @ 8 h 42 min

[…] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } blogfr.communes.com – Today, 9:42 […]

La Courrouze: les ambitions d’un écoquartier rennais | Le blog de communes.com | #smartcities | Scoop.it
5 janvier 2012 @ 16 h 40 min

[…] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } blogfr.communes.com – Today, 5:40 […]