Le Blog

Tribune de Guilhem Duché : mais à qui profite l’open data ?
13 Mar 2012

Catégories : France, Inside

Guilhem Duché, expert mobilité et open data

Guilhem Duché est le référent mobilité pour Gfi Informatique Ouest, mais aussi chef de projet, scrum master en technologies innovantes et expert Android. Il développe notamment des prototypes innovants sur des réseaux sociaux géolocalisés et sur la social TV. Dans le cadre du concours open data de Saône-et-Loire, il a encadré ses collaborateurs de Gfi Informatique pour la réalisation des trois applications « EZ ». Lauréat du concours d’innovation open data Rennes, il va également y participer avec une application personnelle. Il dresse dans ce billet un bilan sur l’open data et ses bénéficiaires principaux.

A qui profite l’open data ?

L’ouverture des données est un mouvement en plein essor. La compréhension du sujet progresse mais une question revient souvent : à qui profite l’open data ? On parle surtout aujourd’hui d’ouverture des données publiques car les démarches open data en France sont principalement portées par des institutions nationales ou des collectivités locales. Mais d’autres acteurs entrent en jeu : les entreprises et le grand public. Chacun peut tirer partie de cette ouverture de façon différente. La mise à disposition de ses données confère à l’institution une image de transparence et surtout d’ouverture. Mais ce n’est pas tout : la nécessaire rationalisation du système informatique permet déjà à l’institution de mieux partager et utiliser ces données. Leur correction et leur enrichissement par les ré-utilisateurs constituent aussi une plus-value importante. Enfin la diversité des usages permet l’émergence de nouveaux services, dont le développement est pris en charge par des tiers (entreprises, particuliers…) et qui viennent ainsi à moindre coût offrir un statut innovant à l’institution qui a ouvert ses données.

Les professionnels peuvent profiter des données publiques pour développer de nouveaux services ou bien enrichir leurs services existants. Leur accès aisé permet aux entreprises de les exploiter à moindre coût. Mais ne nous y trompons pas : toutes les données n’ont pas de valeur intrinsèque et c’est souvent du ressort de l’entreprise de créer la valeur ajoutée. Une entreprise peut elle aussi choisir d’ouvrir certaines de ses données, profitant ainsi d’un retour sur investissement similaire à celui évoqué pour une institution publique.

Le grand public profite lui évidemment des nouveaux services développés grâce à ces données de qualité. Ces services innovants et utiles restent le meilleur moyen d’améliorer l’adhésion du grand public aux nouvelles technologies. Au-delà de l’utilité pratique de certains des services développés, de nouvelles formes de visualisation apparaissent et permettent aux citoyens et parfois même aux journalistes de mieux appréhender et exploiter les données ouvertes. Ainsi une certaine forme de transparence et donc d’échange autour des politiques publiques ou des comportements sociaux se met en place. On peut voir ici un exemple de ces visualisations.

Un exemple : l’open data 71

Parmi les organisations qui pratiquent l’open data il faut souligner que les instances publiques, états ou collectivités locales, en sont les principaux acteurs. En France, de nombreuses administrations ont déjà sauté le pas et ouvert une partie de leurs données. Rennes, Nantes, Bordeaux… et plus récemment le département de Saône-et-Loire (voir l’article publié sur l’open data dans le 71). Cela nous permet d’illustrer la réutilisation de ces données par un exemple concret.

Parmi les jeux de données ouverts par la Saône-et-Loire, Gfi Informatique s’est intéressé à la liste des restaurants, des hébergements et des sorties du département. Dans l’idée de faire valoir son expertise dans le domaine des nouveaux usages, Gfi Informatique a réalisé 3 applications mobiles permettant aux habitants de trouver, où qu’ils soient, le restaurant, l’hôtel ou la sortie la plus proche. Ces applications simples et gratuites offrent aux habitants du Département une solution pratique pour consulter ces données en situation de mobilité : http://www.gfi.fr/gfilabs/apps.php

Pour la Saône-et-Loire, ces applications représentent un bon exemple de l’intérêt de leur démarche d’ouverture des données, mais aussi une vitrine moderne et originale pour leur département. Pour Gfi Informatique, au-delà de la démonstration de son expertise, c’est une bonne occasion pour impliquer les collaborateurs dans la réflexion sur les nouveaux usages, dans l’apprentissage des technologies mobiles, ainsi qu’une opportunité de confronter leur savoir-faire aux contraintes de qualité inhérentes à un produit grand public. Les utilisateurs enfin, profitent gratuitement de ces 3 applications, c’est-à-dire à la fois des données publiques du Conseil Général et du savoir-faire technologique de Gfi Informatique. Cette démarche gagnant-gagnant encourage tous les acteurs de la chaîne d’ouverture à proposer des données toujours plus pertinentes et des services de qualité au bénéfice de tous.

Visuel : « Open Data Stickers » Jonathan Gray, CC-BY-SA 2.5

Commentaires Leave a comment

(19:44 13-03-2012) Noticias más populares de #opendata en las ultimas 24 horas | Tuits de Software Libre
13 mars 2012 @ 23 h 06 min

[…] (11) Tribune de Guilhem Duché : mais à qui profite l’open data ? | Le blog de communes.com […]

(05:21 14-03-2012) Noticias más populares de #opendata en las ultimas 24 horas | Tuits de Software Libre
14 mars 2012 @ 4 h 41 min

[…] (20) Tribune de Guilhem Duché : mais à qui profite l’open data ? | Le blog de communes.com […]

Tribune de Guilhem Duché : mais à qui profite l’open data ? | Le blog de communes.com | opendata-citoyens | Scoop.it
21 mars 2012 @ 8 h 38 min

[…] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } blogfr.communes.com – Today, 9:38 […]