Le Blog

Panorama des énergies renouvelables en France
26 Avr 2012

Catégories : France, Inside

Les énergies renouvelables en France

Le débat s’agite autour des énergies renouvelables en France. Définies généralement comme les formes d’énergies « dont la consommation ne diminue pas la ressource à l’échelle humaine« , elles connaissent un véritable engouement parmi les Français. Et le marché semble très porteur : le chiffre d’affaires du secteur des énergies renouvelables en Europe est évalué à presque 127 milliards d’euros en 2010 selon Observ’ER ! En France, les énergies renouvelables représentaient 15,3% de la production énergétique en 2009. On trouve sur la planète plusieurs formes d’énergies renouvelables : la géothermie, le solaire, le photovoltaïque, l’éolien, l’hydraulique et enfin la biomasse. Nous avons fait un tour d’horizon en France des régions les plus productrices en terme d’énergies renouvelables. La plupart des données proviennent du rapport 2011 d’Observ’ER, l’observatoire des énergies renouvelables en France.

Rhône-Alpes, championne de l’électricité verte

D’après le baromètre 2011 d’Observ’ER, c’est la région Rhône-Alpes qui est en tête du classement national des régions productrices d’énergies renouvelables (tous types d’énergies renouvelables confondues). En effet, la région concentre à elle seule un tiers de la capacité totale des énergies renouvelables françaises. Ses installations et nombreux barrages représentent 10 954 MW. C’est presque deux fois plus que Midi-Pyrénées, la deuxième région du classement national. La présence du relief et de nombreux cours d’eau favorisent les retenues d’eau et font de Rhône-Alpes une région propice pour des installations hydrauliques. C’est d’ailleurs en grande partie grâce aux installations hydrauliques que Rhône-Alpes tient cette première place dans le classement national de la production d’électricité verte.

La Champagne-Ardennes : une région dans le vent

En France, 5 régions concentrent 56% de la puissance éolienne. Il s’agit de la Champagne-Ardennes, de la Picardie, de la Bretagne, du Centre et de la Lorraine. Lors de l’hiver 2010-2011, l’éolien français a produit 230 GWh, l’équivalent de l’alimentation de 4 millions de logements ! Première région productrice d’électricité éolienne, la Champagne-Ardennes assure une production annuelle de 2,5 terawattsheures. D’après Éric Viscardy, responsable régional de la communication d’EDF, la région pourrait assurer à elle seule la consommation annuelle d’une ville comme Marseille. C’est aussi la région qui possède le plus grand parc éolien en France avec 507 machines, soit +20% d’installations par rapport à 2010. Les autres grandes régions de l’éolien en France sont la Picardie et la Bretagne, avec une production de 846 MW et de 811 MW.

L’Aquitaine, reine du photovoltaïque

En 2010 – et juste avant la crise de confiance qui a fortement touché le secteur – le photovoltaïque représentait à lui seul 24 300 emplois et un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros. En terme de parc photovoltaïque, la France se classe en 5ème position au niveau européen, loin derrière l’Allemagne très en avance dans ce domaine. Plusieurs régions françaises avec un fort potentiel d’ensoleillement ont malgré tout réussi à tirer leur épingle du jeu dans le domaine du photovoltaïque. Il s’agit notamment de l’Aquitaine, du Languedoc-Roussillon, de Midi-Pyrénées, de Pays de la Loire, de Provence-Alpes-Côte-d’Azur et de la région Rhône-Alpes. Étrangement, la Corse – qui pourtant bénéficie d’un fort ensoleillement toute l’année – ne figure pas en haut de ce classement national.

La Guadeloupe et l’Alsace, bases de la géothermie française

La principe de la géothermie est de convertir l’énergie de la terre en chaleur, en exploitant les températures naturellement élevées de la croûte terrestre par l’intermédiaire de forages. La fillière géothermique française – qui est aujourd’hui en pleine expansion – envisage d’augmenter son activité et de produire entre 6 000 et 9 000 MW d’ici 2020. En France, l’activité géothermique se concentre principalement sur deux sites : le site de Bouillante en Guadeloupe et celui de Soultz-sous-Forêts dans le Bas-Rhin en Alsace. En Guadeloupe, les deux centrales géothermiques couvrent déjà 6% des besoins d’électricité de l’île et ont donné des idées aux autres îles des Antilles françaises. En Alsace, la fillière géothermique prévoit même de construire durant la prochaine décennie 10 nouvelles centrales dans la région.

Biomasse : la France naturellement riche en forêts

La France abrite la plus vaste forêt d’Europe occidentale avec 15,71 millions d’hectares, ce qui représente au total 28,6% de la superficie du pays. Les grandes ressources forestières de la France constituent pour le pays un avantage immense via à vis de la biomasse, une forme d’énergie renouvelable constituée à partir de la combustion matières organiques d’origine végétale ou animale. D’après le baromètre 2011 d’Observ’ER, en 2010, la fillière biomasse solide représentait en France 1 700 emplois et un chiffre d’affaires de 211 millions d’euros. Les puissances biomasse sont réparties sur tout le territoire français, avec un total de 13 sites de cogénération. Le plus grand site se trouve à Biganos dans le département des Landes, sur le site d’une grande exploitation papetière.

Commentaires Leave a comment

Oliotechnology
3 septembre 2012 @ 22 h 43 min

En effet, on a la plus grande forêt d’Europe occidentale et pourtant on importe presque tous les pellets.
La solution c’est la production locale. Pour ce là, il existe une nouvelle technologie qui est basée sur du martèlement et qui permet de produire des granulés avec des machines beaucoup moins énergivores.
La production de proximité permet de polluer beaucoup moins avec les transports.
http://dai.ly/P9bDgL
http://bit.ly/P9bBWi

GPPEP
30 octobre 2012 @ 20 h 49 min

Communiqué de presse GPPEP
4000 producteurs d’énergies depuis 2 ans sans payement.

Nombreux des particuliers ont investi dans une installation de production d’Energie propre encouragés en cela par l’état. Grace à eux, le ministère développement durable, peut dire aujourd’hui : 13% de la consommation finale d’énergie est fournie par les énergies renouvelables (cf p.3) de « Les Français et l’énergie » http://bit.ly/Q0BIkM / http://www.facebook.com/ministeredudeveloppementdurable
Les producteurs vert sont malheureusement dans l’impossibilité de facturer leur production de l’année écoulée car EDF-OA ne peut rédiger leur contrats d’achat suite à la décision du conseil d’état du 12 avril 2012 qui supprime les bonifications liés au type de bâtiment (contrats dits S10 HES). (http://arianeinternet.conseil-etat.fr/arianeinternet/getdoc.asp?id=194132&fonds=DCE&item=1)
Depuis cette date, EDF OA n’édite plus de contrats de type S10, et 12 000 installations seraient toujours sans contrat d’achat à ce jour. 4 000 d’entre elles produisaient déjà antérieurement à la date de la décision du Conseil d’État, et leurs propriétaires étaient en droit d’exiger un contrat d’achat depuis le jour même de leur mise en service. Or, sans contrat, les producteurs ne peuvent pas facturer, être payés et donc rembourser les prêts afférents à leurs installations.
Ne pouvant ils sortir seul de cette situation inextricable, les pluparts des producteurs ont rejoint une association de producteurs, le GPPEP http://www.gppep.org qui défend leurs intérêts pour faire établir des contrats de rachat conformes aux conditions d’achat définies lors des investissements. Selon cette association ils seront entre 4000 et 12000 producteurs concernés.
Pour plus d’information http://forum-photovoltaique.fr/viewtopic.php?f=30&t=26171
Date : 30/10/2012

thomson energy
9 janvier 2015 @ 11 h 37 min

Société Thomson Energy,
Je vous invite à nous rendre visite sur notre site internet : http://www.thomson-lighting.fr/fr/
et notre page officielle Facebook : https://www.facebook.com/pages/Thomson-Energy/629647613820475

Vente d’ampoules LED, spots, tubes, panneaux photovoltaïque, onduleurs, strips led, hublots…