Le Blog

9 piliers du patrimoine immatériel français à l’UNESCO
08 Nov 2013

Catégories : France, Inside

Paradoxes du patrimoine culturel français

Alors que 80% des visiteurs viennent en France pour les traditions et l’art de vivre national, le patrimoine immatériel français reste encore très peu mis en avant. Voilà en tout cas le constat dressé par la blogueuse Evelyne Lehalle, qui s’interroge sur la promotion de ce patrimoine en France. De nombreuses actions mettent en avant le patrimoine bâti français, comme par exemple les journées du patrimoine ou les innombrables labels donnés aux monuments. Le Ministère de la culture et de la communication a dressé quant à lui un inventaire du patrimoine immatériel français, autour de différentes pratiques comme le savoir-faire, les jeux, l’art du conte, la musique, la danse et les pratiques rituelles, sportives et festives. L’UNESCO a déjà classé au patrimoine de l’humanité 9 traditions françaises, dont le repas gastronomique.

9 piliers du patrimoine immatériel français à l’UNESCO

Le repas français

L’art du « bien-manger » et du « bien-boire » français est inscrit depuis 2010 sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO. Cette inscription à certainement contribué à lancer avec succès la fête de la gastronomie l’année suivante. C’est notamment « le plaisir du goût » et le resserrement des liens sociaux qui est reconnu à travers ce rituel bien français. D’après l’UNESCO, le repas gastronomique a un « schéma bien arrêté » : un apéritif , une entrée, du poisson ou de la viande accompagné de légumes, fromage, dessert et un digestif pour terminer.

Le fest-noz en Bretagne

Le fest-noz – littéralement fête de nuit en breton – est un héritage remarquable de la vieille société paysanne bretonne. Ces fêtes où l’on célèbre la convivialité mêlée à la danse et à la musique bretonnes remonteraient même au XVII ème siècle ! Aujourd’hui, plus d’un millier de fest-noz seraient organisées chaque année en Bretagne, donnant même naissance à des festivals mondialement connus comme Yaouank à Rennes, qui rassemble plus de 10 000 danseurs et spectateurs.

L’art de la fauconnerie

La fauconnerie est un art ancestral, que la France partage avec d’autres pays dans le monde, comme la Mongolie, le Maroc, la République tchèque ou les Emirats arabes unis. Depuis 2010, elle fait également partie de la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. En France, l’art de la fauconnerie existe depuis 15 siècles. En témoignent les nombreuses oeuvres d’art et objects où figurent les oiseaux de proie et autres rapaces, utilisés pour la chasse.

L’équitation de tradition française

Autre grand repère culturel français : l’équitation. Pratiquée un peu partout en France, l’équitation de tradition française est reconnue internationalement. Sa « capitale » se trouve à Saumur dans le Val de Loire, où l’on trouve l’école nationale d’équitation, ainsi que le Cadre Noir de Saumur, une communauté d’écuyers hors-pair. Ces derniers sont notamment en charge de la transmission de cette tradition aux plus jeunes et contribuent au rayonnement international de l’équitation de tradition française.

La dentelle au point d’Alençon

Le fameux point d’Alençon est inventé à la fin du XVIIème siècle, par Marthe La Perrière. Il sera même récompensé par Colbert, qui lui accorde un privilège de manufacture royale. Aujourd’hui encore, quelques dentellières continuent de perpétuer cette tradition et de transmettre ce savoir unique aux jeunes générations. La ville d’Alençon précise d’ailleurs qu’il faut environ 8 ans pour apprendre le fameux point et 25 heures de travail pour réaliser une pièce de la taille d’un timbre-poste !

Le Maloya

Le Maloya est un des styles musicaux les plus populaires sur l’Île de la Réunion avec le séga. C’est à la fois de la musique, du chant et de la danse ! Fruit du métissage unique de La Réunion, il est aussi l’héritage culturel des esclaves d’origine africaine qui peuplèrent l’île. Aujourd’hui encore, le Maloya est une tradition toujours très vivante et fait la fierté des Réunionnais. De nombreux groupes et artistes de maloya se produisent chaque année sur l’île et ailleurs.

La charpente française

La charpente française ou plutôt l’art du tracé dans la charpente est un autre savoir traditionnel français classé au patrimoine immatériel de l’UNESCO. Ce qui rend ce tracé si unique, c’est la représentation en volume d’un édifice complexe et bien sûr la créativité de ces plans, dont le tracé aurait été inventé par les compagnons charpentiers dès le XIIème siècle…

Les géants et dragons processionnels

Véritables symboles de la région en Nord-Pas-de-Calais, les géants et dragons processionnels sont un ensemble de manifestations populaires en France et en Belgique. Un peu moins connues que les précédents éléments, ces manifestations ont lieu en France dans les communes de Douai ou de Cassel. Elles existent également dans le sud de la France, en Provence, à Pézenat, Béziers ou Tarascon. Ce sont des défilés de géants, comme « Reuze Papa » ou « Marie Cagenon ».

Le compagnonnage

Le compagnonnage, « réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier » est un autre élément du patrimoine immatériel français reconnu par l’UNESCO. La naissance du compagnonnage remonteraient au XVIIème siècle en France. Cette organisation d’artisans permet aux ouvriers d’apprendre un métier, après un apprentissage auprès d’autres compagnons et un tour de France, où le compagnon exercera son futur métier, avant d’accomplir un « chef d’oeuvre » et d’être officiellement reconnu comme compagnon.

Commentaire Leave a comment

Jean-LuK
8 novembre 2013 @ 17 h 20 min

Ces classements, est-ce un bien ou un mal ?
Le repas gastronomique français n’était pas celui des restaurants, mais celui des Français chez-eux, en famille ou entre amis. On s’en est servi pour en faire autre chose.
Pour le fest-noz, ce n’est guère différent… mais cela a débuté bien avant le classement.
Ces classements peuvent aussi être un danger, méfiance.