Le Blog

Les impacts positifs du TGV sur le tourisme et les territoires
07 Juin 2012

Catégories : France, Inside

Un investissement colossal pour quelles retombées touristiques ?

Le TGV a fêté l’année dernière ses 30 ans et ses 2 milliards de voyageurs transportés depuis sa mise en place en septembre 1981. D’abord installées entre les villes de Paris et de Lyon, les lignes TGV ont progressivement conquis une grande partie des régions françaises, de la Lorraine à Rhône-Alpes en passant par la région Provence-Alpes-Côte-D’azur et la Bretagne. La SNCF prévoit même de lancer d’ici 2013 des lignes TGV low-cost à destination de Marseille et de Montpellier. Le secteur du tourisme est un des secteurs qui profite le plus des lignes à grande vitesse, notamment parce qu’elles augmentent considérablement la fréquentation des destinations desservies. Aujourd’hui, de nombreux territoires se battent pour obtenir une desserte du TGV. L’enjeu est important : développer et désenclaver certaines régions en les reliant au reste du territoire français. C’est par exemple le cas du POCL (Paris-Orléans-Clermont-Lyon), perçu comme une des solutions qui permettra de désenclaver la région Auvergne et de développer l’ouest rhônalpin. Le projet vise également à désengorger la ligne saturée Paris-Lyon et pourrait voir le jour en 2025. Mais l’importance des coûts engendrés pour la construction d’une ligne à grande vitesse (coût de la LGV est-européenne : 5,515 milliards d’euros) oblige à s’interroger sur les impacts économiques touristiques positifs du TGV sur un territoire. Nous avons listé quelques uns des impacts positifs de l’arrivée du TGV sur un territoire donné, avec des exemples de lignes TGV installées sur le territoire français.

Augmentation de la fréquentation touristique

La hausse des déplacements de voyageurs grâce au TGV est la première conséquence directe pour les territoires concernés. Ainsi l’augmentation de la fréquentation touristique suite à l’arrivée du TGV en région PACA est évaluée à quelques 2 millions de touristes supplémentaires. Plus récemment mis en place, la ligne grande vitesse du nouveau TGV Marseille-Francfort – qui relie Francfort à Marseille en 7h45 – compte atteindre les 100 000 passagers dès sa première année d’installation en 2012. Autant de nouveaux touristes potentiels et d’Allemands « en manque de Provence » qui auront l’occasion grâce au TGV de fouler le sol marseillais…

La mobilité et l’image d’un territoire

Le TGV modifie de plus la perception des destinations et des territoires desservis. Roanne qui a la réputation d’être la ville la plus enclavée du Massif Central pourrait bientôt voir son image changer avec l’arrivée de la ligne Paris-Orléans-Clermont-Lyon. De même, la Lorraine qui souffrait d’une absence de notoriété certaine (voir notre article sur la ville de Metz) a bénéficié d’un effet positif sur son image avec l’arrivée du TGV. Le succès dépend aussi du potentiel déjà existant ou non de la destination : il amplifie l’image d’une ville qui a déjà une identité forte. Pour des villes de taille moyenne, sans image forte, il ne changera pas radicalement la donne.

Développement des transports

L’installation de lignes à grande vitesse sur le territoire est souvent synonyme d’une baisse du trafic aérien des compagnies aériennes régulières qui desservent ces mêmes destinations. Mais, d’un autre côté le TGV encourage l’arrivée de tarifs plus compétitifs et l’installation de compagnies aériennes low-costs qui sont elles-même génératrices de nouvelles activités et de nouveaux flux de personnes. Qui dit TGV dit aussi augmentation du trafic TER en région, car un trajet en TGV n’empêchera pas le touriste de continuer sa route vers sa destination finale.

Un effet accélérateur sur l’hôtellerie, le tourisme d’affaires et de loisirs

L’arrivée du TGV accélère également le développement du tourisme urbain, parfois au détriment des régions périphériques plus rurales. Il encourage le développement du tourisme d’affaires. Au Mans par exemple, l’arrivée du TGV a fait progresser le nombre de congressistes. Cette augmentation a permis ensuite à la ville d’augmenter son parc hôtelier. Un seul bémol : les effets du TGV sur le tourisme d’affaires sont tout de même contrastés. Auparavant, un touriste d’affaires aurait passé un nuit à l’hôtel. Aujourd’hui avec le raccourcissement du trajet, il s’épargne une nuit sur place. Côte tourisme de loisir, le TGV est bien souvent synonyme d’une augmentation des courts-séjours et des vacances en résidences secondaires. Il permet enfin de développer le nombre d’offres touristiques autour des gares et est à l’origine de la création de nouveaux évènements sur place.

Pas de commentaire Leave a comment


Tags :