Le Blog

Paris, la campagne à la ville
12 nov 2012

Catégories : France, Inside

La tendance du toit vert à Paris

On ignore encore si c’est un effet de mode ou une véritable évolution de société mais le vert a progressivement envahi les toits de Paris. Depuis la fausse rumeur d’une Tour Eiffel végétalisée, la tendance du toit vert à Paris s’est même amplifiée : aujourd’hui presque 4 hectares de verdure recouvrent les toits de la capitale. Et la ville de Paris prévoit d’en avoir 7 hectares d’ici 2020, avec 15 nouveaux jardins en terrasse. De quoi rivaliser avec d’autres villes pionnières en écologie urbaine, comme Copenhague où la toiture végétalisée est obligatoire pour toute nouvelle construction en ville ! Si vous êtes de passage à Paris, n’hésitez pas en découvrir quelques uns. La plus impressionnante des toitures végétalisées est peut-être celle de l’espace partagé du gymnase des Vignolles, situé dans le 20ème arrondissement. Jardin suspendu insolite, il est un lieu de partage où toutes les classes de l’école voisine disposent de leur petit carré de jardin à cultiver. Un peu plus loin, à deux pas de la place de Bastille et exactement au 2 rue Jules César se trouve une terrasse de près de 1 000m2 dans les locaux du service public de l’assainissement francilien. Détail insolite de ce jardin : les fertilisants utilisés pour ses plantes proviennent des boues de la Seine traitées par les centres d’épuration !

Le plan biodiversité en 5 actions

Les toits végétalisés contribuent à la biodiversité et au rééquilibre des espaces naturels en zone urbaine. Ils permettent de diminuer le taux de CO2 dans l’air et de donner un certain esthétisme vert aux immeubles bétonnés ! Mais le développement de ces espaces à Paris s’inscrit dans une démarche durable beaucoup plus large. En effet, la capitale s’est engagée à améliorer la biodiversité dans la ville, en adoptant l’année dernière son plan d’actions. Cette initiative inédite pour une métropole est née d’une concertation et d’une approche participative, en impliquant les habitants. Elle prévoit trois volets d’action principaux : la sensibilisation des citoyens parisiens à l’écologie urbaine, la préservation de l’équilibre écologique de la ville et enfin la promotion des espaces verts et des trames vertes à Paris. Parmi ses 95 propositions, la ville de Paris prévoit 5 actions majeures :

L’aménagement de la Petite Ceinture : la ville de Paris souhaite aménager et végétaliser la Petite Ceinture pour en faire une véritable “ceinture verte” autour de Paris. Cette ancienne ligne de chemin de fer était autrefois utilisée pour le transport de marchandises et de voyageurs, avant d’être abandonnée avec l’arrivée du métro au début du XXème siècle. Aujourd’hui, Paris veut valoriser l’intérêt écologique de cette ceinture. Le projet de la ville avec la Petite Ceinture est de développer les espaces de verdure le long de ses 38 kilomètres et de protéger la faune et la flore qui y sont présentes. En savoir plus la Petite Ceinture autour de la capitale ici.

Un réseau de trames vertes et bleues devrait également voir le jour dans Paris intra- et extra-muros. L’objectif de ce maillage vert ? Favoriser la biodiversité dans la capitale, en évitant le fractionnement des espaces verts, qui est la cause principale de la diminution et même de la disparition des espèces animales et végétales en ville. Ces actions devraient ainsi permettre de relier ces espaces entre eux à l’aide de “corridors écologiques” ou trames vertes et bleues, comme par exemple des alignements d’arbres, des talus supplémentaires ou encore des canaux sur la Seine. En savoir plus sur ce futur réseau de trames vertes et bleues ici.

La Seine ne sera pas en reste, puisque le plan prévoit aussi d’aménager les berges et les canaux du fleuve parisien afin de faire de la Seine un espace de biodiversité. Parmi les actions de la municipalité dans ce domaine : Paris veut encourager la continuité entre les berges et les jardins avec de nouveaux aménagements et espaces verts. Elle prévoit aussi l’aménagement d’abris et de nichoirs, destinés aux oiseaux et aux chauves-souris. Autour de l’eau, la ville aménagera de nouvelles plages naturelles et protégera les endroits-refuges comme l’île au cygnes. En savoir plus sur les actions en bord de Seine ici.

Une campagne de sensibilisation destinée au grand public est un autre axe majeur de ce plan biodiversité. La création de l’observatoire parisien de la biodiversité permettra aux habitants de mieux comprendre les intérêts de la préservation de la biodiversité pour eux. L’observatoire accompagnera également les initiatives citoyennes collectives et individuelles dans la capitale. De nombreuses actions dans ce sens ont déjà été engagées auprès du grand public : des écoles ont été équipées de jardins pédagogiques et un site internet (www.acteursduparisdurable.fr) a été créé afin de recenser les actions durables engagées par les citoyens à Paris.

Intégrer le schéma régional de cohérence écologique d’Île-de-France est une autre priorité du plan Biodiversité. Les champs d’actions se concentrent sur les 100 kilomètres de diamètre de l’agglomération et sur 4 grands espaces : la couronne rurale, la ceinture verte, le coeur d’agglomération et les vallées fluviales et coulées vertes. Ainsi, les grands cimetières parisiens (Paris extra-muros) vont aussi devenir des lieux de biodiversité, tout comme les pépinières de Rungis, qui assureront la continuité des espaces verts de la métropole. En savoir plus sur toutes les actions du Plan Biodiversité de la ville de Paris sur le livre blanc à consulter ici.

Pas de commentaire Laisser un commentaire


Spam protection by WP Captcha-Free